[./mythes_grecs.html]
[./creatures_grecques.html]
[./arbres_genealogiques_grecs.html]
[./deesses_grecques.html]
[./heros_grecs.html]
[./dieux_grecs.html]
[./mythes_grecs.html]
[./iliade.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Deucalion et Pyrrha
     

Il fut un temps où les hommes ne craignaient ni ne vénéraient plus les dieux. Entre eux, ils se jalousaient, se querellaient, se trahissaient.
Du ciel, Zeus assistait à cette déchéance et chaque jour sa colère grandissait. Alors, un matin, elle éclata, terrible. Il déchaîna les eaux du ciel et pendant neuf jours et neuf nuits, la pluie tomba en cascades, les éclairs illuminèrent le ciel, le tonnerre gronda au milieu des hurlements du vent.
Tous les fleuves et les océans débordèrent et se rejoignirent pour engloutir la Terre entière, et avec elle tous les êtres vivants, humains et animaux, excepté ceux qui vivaient dans l’eau. Les dauphins et les pieuvres visitaient les maisons englouties, les poissons colorés nageaient entre les arbres des anciennes forêts, les coquillages, les crabes et les oursins exploraient les jardins immergés...
Seuls un homme et une femme survécurent, par la bonté de Zeus. Ils s’appelaient Deucalion, fils de Prométhée, et Pyrrha, fille d’Epiméthée et de Pandore. Eux n’avaient jamais cessé d’honorer es dieux dans les temples et leur piété était la plus forte.
Après le déluge, sur une petite barque, ils naviguent en direction du sommet du mont Parnasse, seule terre qui immerge au-dessus des flots. Ils mettent pied à terre, et Zeus ordonne aux eaux de se retirer peu à peu. Quand Deucalion et Pyrrha voient qu’ils sont les seuls survivants, ils décident d’aller demander conseil à Thémis, déesse de la justice et capable de prédire l’avenir, dont le sanctuaire se dresse au sommet de la montagne. La déesse leur dit de se voiler la tête, de desserrer leur ceinture et de jeter derrière eux les os de leur grand-mère.
Alors les derniers humains se voilent la tête, desserrent leur ceinture, et jettent derrière eux des cailloux, les os de leur grand-mère, Gaïa, la Terre-Mère.
Et les pierres lancées par Pyrrha prennent la forme de femmes, et celles lancées par Deucalion prennent la forme d’hommes. Ainsi une nouvelle race d’hommes, d’origine merveilleuse, put prospérer sur Terre et ne manqua pas de vénérer les dieux.